"Selon un sondage OpinionWay réalisé pour l’UAE et la Fondation Le Roch Les Mousquetaires à l’occasion du Salon des Entrepreneurs à Paris, les offres d'emploi traditionnelles ne semblent plus être le graal pour nos jeunes. Cette enquête sur les jeunes et le travail met l'accent sur la "création d'entreprise" VS "l'emploi salarié". Certains chiffres peuvent surprendre même si ceux-ci, au final, s'inscrivent dans une tendance qui se confirme depuis quelques années.

Répondre aux offres d'emploi traditionnelles? non, merci...

26% des jeunes semblent bouder le CDI. Nous avions déjà parlé de ce phénomène dans un de nos précédents billets sur ce blog. Sachant que 81% d'entre eux semblent considérer que l'accès au CDI est difficile, cela peut bien sûr se comprendre. Côté création d'entreprise, 37% jugent cet objectif "facile". Un peu rêveurs nos jeunes? Pensent-ils réellement que créer une entreprise est plus simple que de trouver un emploi de salarié? Dans l'idée, créer une entreprise avec un statut de type auto-entrepreneur
est immanquablement plus simple que de rechercher un poste, lire les annonces d'emploi, poser sa candidature, convaincre... mais quant à créer une entreprise qui fonctionne, qui les fera vivre, ce point nous semble moins évidente en terme de certitude.

Pour autant, le sondage met en avant les inconvénients exprimés par les jeunes français quant à l'idée de travailler à leur compte: une majorité exprime la crainte des risques financiers et de celle de ne pas gagner correctement leur vie. Les exemples de VTC en colère gagnant des misères ne vont certes pas les aider à changer cela! En revanche, l'idée d'une indemnisation en cas de perte subite d'activité serait de nature à inciter 81% d'entre eux à se lancer dans l'aventure de la création d'entreprise. Cette idée
fait d'ailleurs partie du programme de certains de nos candidats à la présidence...

... Mais avoir la satisfaction d'un bon poste salarié, oui bien sûr!

C'est là que l'on peut être surpris. 70% des jeunes se disent satisfaits de leur poste de salarié! (pour ceux qui ont la chance d'en avoir un, bien sûr...). Dans la même veine, 70 % sont optimistes quant à la suite de leur parcours professionnel. De là à penser que l'engouement de 60% de nos jeunes pour la création d'entreprise serait une question d'offre d'emploi, de quantité d'offre, il n'y a qu'un pas. Ces 60% de jeunes qui aimeraient créer leur entreprise seraient-ils dans dans le même état d'esprit si le marché de l'emploi n'était pas si catastrophique?"