C'est devenu le couteau suisse du demandeur d'emploi: consultation d'offres d'emploi, conseils, services, coaching, job boards... Que ferait-on sans l'internet?

Peut-être retrouverait-on un peu plus de bon sens et même d'efficacité? Les sondages sont clairs et parlants et 62% des salariés, 60% des chômeurs, sont catégoriques: sans internet, "point de salut", impossible de trouver un emploi. Pour les cadres, cette certitude prend de l'altitude avec un score de 70%!

Effectivement, pour consulter des offres d'emploi, quoi de mieux qu'une recherche sur le web? Quoi de plus rapide? C'est vrai et tout à fait compréhensible mais pour autant, une petite question mériterait d'être posée: En quoi cette "rapidité" apporte-t-elle un réel "plus" puisque chaque demandeur d'emploi bénéficie de cette technologie, de l'accès aux job boards de Pole-Emploi et autres portails. Tout le monde va ainsi plus vite mais cela change quoi? La course à l'emploi reste égale pour tous et le web ne représente pas un avantage plus important pour l'un ou pour l'autre. Quitte à plébisciter le web, l'internet, n'aurait-on pas intérêt à s'employer à mieux l'utiliser?

C'est un formidable outil pour activer ses réseaux personnels (via l'email ou via les réseaux sociaux...), pour s'informer et rester informé de ce qui se passe localement, pour prendre des contacts et créer du lien, pour trouver des job boards moins généralistes, moins consultés... Il y a beaucoup à faire... L'internet est un formidable outil, convenons-en, mais sachons l'utiliser de façon personnalisée pour en tirer un réel avantage dans le cadre de notre recherche d'emploi. L'utiliser comme "tout le monde" ne peut être suffisant et malheureusement, c'est souvent ce qui se passe. Un chiffre va dans ce sens: parmi tous les outils mis à la disposition des chercheurs d'emploi, les réseaux sociaux sont les moins utilisés: 16% pour LinkedIn, 10% pour Viadeo, 7% pour Facebook ou 4% pour Twitter! Ces outils qui favorisent l'échange, le réseau, le contact direct... ne devraient-ils pas être plus utilisés? Prenons garde à ne pas tomber dans une trop grande virtualité. La difficulté pour trouver un emploi n'est en rien virtuelle. Restons dans l'action et dans "la vraie vie"